Kyoto, le temps des épreuves

Estampes japonaises.Un Japonais, Anjiro, pousse François à venir parler du Christ dans son pays, lui faisant espérer accueil, curiosité et même succès…

Du rêve à la réalité, quelle distance ! François fait l'expérience de la barrière de la langue, des difficultés à comprendre une autre culture : « Je suis comme une statue au milieu des Japonais ». Très peu s'ouvrent au message évangélique.

Or cette pauvreté va devenir en lui le creuset de la grâce, le passage à une confiance plus totale. La première terre à évangéliser, c'est toujours la nôtre… Désormais, le seul "pilote" de la vie de François, c'est le Saint Esprit dont il épouse comme les réflexes.

alphabet japonais« Je vous envoie l'alphabet du Japon. Les Japonais diffèrent beaucoup des autres par la manière d'écrire, car ils commencent par le haut et descendent vers le bas. J'ai demandé à Paul le Japonais pourquoi ils n'écrivent pas de notre façon. Il m'a répondu : pourquoi vous, n'écrivez-vous pas de notre façon ?… Et il m'a donné comme raison que, de même que l'homme a la tête en l'air et les pieds en bas, quand il écrit il doit écrire de haut en bas. »

Lettre du 15 novembre 1549