05

05

05

05

Journées humanitaires à Garges-lès-Gonesse

Journées Humanitaires à GargesChaque année, les élèves de terminale et un certain nombre de prépas vivent plusieurs journées dans des associations  humanitaires ; c’est pour eux l’occasion de découvrir des mondes différents du leur, de mesurer l’action des bénévoles, d’échanger avec des personnes d’autres cultures.

Ainsi 9 élèves de Charles-Péguy 11ème ont passé 2 jours à Garges-lès-Gonesse.

Accueillies à la gare du RER par Claire de Bénazé qui dirige les Centres Ecoute Jeunes et Ecoute Parents, elles se sont arrêtées au marché très coloré et  ont  traversé plusieurs cités jusqu’au square Viollet le Duc : 4  F5 dans un HLM, au milieu d’une cité, c’est là qu’est implanté le Centre Charles-Péguy !

 

Les deux matinées ont été marquées par la rencontre avec les groupes de dames de toutes cultures, environ 60, qui, chaque semaine, viennent y apprendre le français avec des bénévoles. Après un spectacle, où les chansons et les danses des dames alternaient avec celles des jeunes, un buffet avec de délicieux  gâteaux turcs, indiens, sénégalais, marocains…, a permis les contacts individuels, les échanges de recettes, les photos souvenirs. C’était vraiment la fête avec la remise à chacune d’un tablier aux motifs très gais.

L’après-midi, les jeunes ont entendu  le témoignage bouleversant du frère Georges, enseignant au collège Oscar Romero, collège dont la vocation est de remettre en selle des jeunes exclus du système scolaire. Un entretien à la mairie avec 2 conseillers municipaux sur les questions sociales, les projets d’urbanisme leur a fait réaliser combien ces gargeois aiment leur ville.

A 16h30, c’était au tour des enfants, environ 70, inscrits à l’aide au travail du soir, de faire la fête et de recevoir un cadeau de Noël. Les élèves de Charles-Péguy ont animé en partie ce moment, puis organisé des jeux pour les différents âges.

« 2 jours, c’est bien court », ont-elles dit en repartant. Elles ont été conquises par l’accueil très simple et cordial de tous, des préjugés sont tombés !

Roselyne de Montrichard