Communauté apostolique Saint-François-Xavier

05

05

05

05

Marie, la première en chemin

Marie Mere de lEgliseNous fêtons le don de l’Esprit le dimanche de Pentecôte et le lundi de Pentecôte, nous revenons au temps dit « ordinaire ». En instituant en ce jour la "mémoire" de Marie Mère de l’Eglise pour commencer ce temps ordinaire, le Pape François nous donne Marie comme guide. Il nous rappelle que « Marie a commencé sa propre mission maternelle au Cénacle, priant avec les Apôtres dans l’attente de la venue de l’Esprit Saint. »

Marie n’est-elle pas celle qui a su accueillir en elle le don de l’Esprit Saint et le faire fructifier ? Qui a su aussi s’ouvrir à la nouveauté qu’Il suscite en chacun ? Qui l’a écouté tout au long de son existence ?

Puisse Marie, notre mère à chacun, nous guider sur ce chemin de la vie dans l’Esprit, cette vie faite de l’ordinaire des jours et de ses multiples occupations et préoccupations. Que ce temps « ordinaire » se colore des 7 dons de l’Esprit et que nous les laissions fructifier en nous, faisant pour cela ce qui dépend de nous.

Comme le colibri, faisons notre part et chantons :

La première en chemin, Marie tu nous entraînes, à risquer notre "oui" aux imprévus de Dieu….
Marche avec nous, Marie, sur nos chemins de foi, ils sont chemins vers Dieu, ils sont chemins vers Dieu.

Véronique Bizouard

Sur le chemin d'Emmaüs

Arcabas - les pélerins d'Emmaüs

Un retournement…

            Un passage…

                       Une pâque !

Deux disciples quittent Jérusalem et font route vers un village appelé Emmaüs. Ils sont perdus car l’événement qu’ils viennent de vivre est vraiment incompréhensible. Leurs visages sont penchés vers la terre. Ils ne peuvent plus lever leurs regards vers le ciel. Ils ne peuvent même plus tourner leurs regards vers l’inconnu qui se joint à eux. Et pourtant, c’est Lui qui va les amener à retrouver l’espérance, chemin faisant. Reprenant les Ecritures, Il donne sens au don de sa vie sur la Croix : « Ne fallait-il pas que le Christ souffrit cela pour entrer dans sa gloire ? » Luc 24, 26

La fraction du pain vient alors éclairer la route : passage des ténèbres à la lumière, du « visage sombre au cœur brûlant » (Sœur Jeanne d’Arc), du visible à l’invisible…

Le Christ ressuscité se dévoile à Emmaüs, nous poussant à la folie de la foi : croire sans voir ! Nous sommes ainsi appelés, à la suite des disciples, à passer par la Porte : Christ ressuscité vivant en nos cœurs.

 

Alexandra Héliot

Espérer

au dos de la pancarte indiquant le col de l'Echelle, à la frontière de l'Italie, un signe de bienvenue« Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi. » (Is 9, 1) La lumière de Noël brille déjà, fragile et frêle. Il nous arrive par moments de la pressentir, nous aimons la chanter mais nous demandons des yeux de prophète pour la discerner plus fermement au milieu des tensions et des violences qui nous bouleversent. Madeleine Daniélou  osait écrire : « L’apôtre est une brèche ouverte à l’amour divin qui assiège le monde » … Dans l’humilité de la nuit de Noël, voici le Prince de la Paix qui veut faire irruption dans nos vies, tout près de nous, avec nous, et qui, dans la discrétion,  nous invite à travailler avec Lui, en apôtres fortifiés par son espérance. L’Enfant de la crèche peut nous ouvrir les yeux !

Caroline Nicolle

Lire la lettre de Noël de la Communauté

Quo Vadis ?

Briancon sommetTemps de rentrée scolaire, familiale, professionnelle… Pour beaucoup, c’est le moment où les pages vierges des agendas se peuplent de rendez-vous, activités, engagements divers. Une petite inquiétude peut alors nous saisir : Où demain nous emmène-t-il ? Une célèbre marque d’agendas s’appelle d’ailleurs justement Quo vadis ? Où vas-tu ?

Chaque jour je commence

envol de héron

Aux jours de déception ou de déprime, certaines voix relativisent : « Rien de neuf sous le soleil » (Qo 1,9). Rien n’est moins sage ! Rien n’est moins rassurant non plus. Le printemps que pourtant nous attendons peut nous surprendre dans sa brusquerie ou ses lenteurs, et dans ses sautes d’humeur, tout comme la manière si souvent imprévisible de mûrir des jeunes qui nous sont confiés ; les élections rebattent les cartes politiques et les rapports de forces d’un monde aux multiples conflits sont en train de changer... Et qu’en est-il de nous-mêmes ?